Tlaculola au marché aux fleurs ou Femmes au huipil

A l’ombre d’un grand bouquet d’arums et d’anthuriums se dressant sur toute la partie supérieure gauche de la toile, trois femmes assises au pied d’un étal de fruits occupent tout l’espace du premier plan. Deux enfants, dont un au sein, complètent le groupe féminin.

Au loin, en partie supérieure droite, la silhouette d’une église ocre devant une montagne construit une belle perspective.

Cette belle toile illustre la grammaire de la vision lacazienne des marchés d’Amérique centrale où des formes géométriques couleur pastel environnent des fleurs gigantesques au milieu de silhouettes de femmes indiennes aux tresses sombres et aux habits bariolés, alignées sous différents angles de vue.

Les fleurs et les femmes, symboles de vie, peintes de couleurs basiques si chères au pinceau de l’artiste, irradient notre œil dans des passages ombrées et lumineux.